Parutions 2020

ROLAND Georges, Le Libérateur de Bruxelles

Hommage à l’échevin Everard t’Serclaes

Roman historique, 260 pp. format de poche B6, ISBN 978-2-930698-71-7 – 18 €

Liberateur COVER rev2Parution début mars 2020 à l’occasion de la Foire du Livre de Bruxelles. Ouvrage réservé au marché belge.

A l’angle de la rue Charles Buls et de la Grand Place de Bruxelles, un gisant sous un porche attire les touristes. Lui caresser le bras ou le genou apporterait le bonheur pour une année entière. L’homme représenté possède une histoire éclatante, que même ses concitoyens semblent avoir aujourd’hui oubliée. Bruxelles au 14e siècle se voulait une cité florissante, riche, gouvernée par les Lignages, membres issus de sept hautes familles bruxelloises. Les jours de la Saint Jean d’été, les Lignages élisaient lequel d’entre eux serait « le meilleur (pour défendre Bruxelles), le plus sage (pour la diriger) et le plus utile (pour la rendre prospère) », selon la tradition de la Charte des Ducs de Brabant. Le plus illustre d’entre eux se nommait Éverard t’Serclaes, le Libérateur de Bruxelles du joug des Flamands du comte Louis de Male. Après avoir sauvé la ville, il en fut premier échevin pour sept mandats, initia la construction de la 2e enceinte, ordonna le pavage des rues et… fut lâchement assassiné, pour enfin sombrer pratiquement dans l’oubli. Reposant sur une abondante documentation, le présent récit, conté par un poète imaginaire mais actif, ne se targue toutefois d’aucune stricte vérité historique, nonobstant les figures emblématiques bruxelloises qui l’animent.

LEFEBVRE Marie-Christine, Chers Ancêtres

150 ans d’une famille bruxelloise

Roman historique, …. pp. format B5, ISBN 978-2-930698-72-4 –  …. €

cover AncêtresParution début mars 2020 à l’occasion de la Foire du Livre de Bruxelles. Ouvrage réservé au marché belge. 

On entre dans Bruxelles en 1780, on en ressort au milieu du 20e siècle : c’est le Bruxelles des Marolles, celui des petites gens, des cousettes à la chandelle et des cabaretières. C’est le Bruxelles de ceux qui ont vu voûter la Senne, qui pestaient contre le Palais de Justice, et qui partaient se mettre au vert… à Saint Gilles ! Biographie romancée, Chers ancêtres raconte Bruxelles, ses impasses, ses brasseries, ses métiers disparus, ses habitants hauts en couleurs.
De grand-mère en grand-mère, jusqu’à l’auteure, on s’est transmis des souvenirs, des anecdotes, quelques photos et des petits secrets de famille. Rassemblés, ils forment ici une saga truculente et pittoresque, le portrait inattendu d’une ville au gré des vies de ceux qui l’ont faite. On s’invite dans ces maisons, on couche des bébés dans des poêles, on se dispute des armoires… et on est à la bataille de Waterloo, à la Foire du Midi, au défilé des Allemands vaincus en 1918. C’est la petite histoire dans la Grande, une épopée tranquille qui ne quitte pas son quartier, tendre et tonitruante à la fois.

SAUCIN Jacques, Voyage en Bord de Sambre

Livre de photographies, 168 pp. format 22 X 22 cm, ISBN 978-2-930698-58-8, 25 €

sambre cover webParution au second trimestre 2020 (date encore à finaliser).

La Sambre, Jacques Saucin l’a suivie en amou-reux. Il s’est attaché à rendre compte de la subtile beauté de son milieu naturel quand elle pénètre le Hainaut belge et de son désarroi quand, plus loin, elle se heurte à la brutale contrainte de l’homme. Curieuse rivière… Ses eaux sombres, sa langueur calculée, ses humeurs changeantes et les cicatrices laissées par l’industrie suscitent une étrange attirance qui ne se révèle qu’à celui qui marche à son rythme, à ses côtés. Sur les chemins de halage, c’est en ami que Jacques s’est adressé aux promeneurs, bateliers, éclusiers, cyclistes, pêcheurs, aux festivaliers de l’abbaye d’Aulne et de celle de Floreffe. Et c’est en homme d’images qu’il s’est passionné pour le patrimoine, le folklore vivant des villes et villages, la diversité des paysages…
Voyage en bord de Sambre est un livre de photographies et de photographe. Toutefois, de brefs textes de Marie-Paule et Claude De Ryck (propos re-cueillis par Marie-Françoise Mauclet), Pierre-Jean Foulon, Benoît Goffin, Marcel Leroy et Georges Vercheval viennent en appui des photographies.

Martina BUCCIONE, Marcinelle au féminin

projet de couverture Marcinelle au fémininTémoignages de veuves et d’orphelines de mineurs morts dans la catastrophe du Bois du Cazier en 1956, en coédition avec le Bois du Cazier, Titre original en italien : Nostra Marcinelle – Traduction de l’italien par Massimo Bortolini – B6, 160 pp., ISBN 978-2-930698-73-1, 15 € – parution prévue début juin 2020.

   Martina Buccionne, professeure d’Italien dans la région de Pescara, dans le Sud de l’Italie, est la petite-fille de Cesare Di Bernardino, mineur décédé le 8 août 1956 dans la catastrophe du Bois du Cazier. Elle a dialogué longuement avec sa maman, Santina, et ses tantes, Pia et Santa Lucia, autour de leurs souvenirs de Marcinelle, où elles ont passé leur enfance, avant de revenir, orphelines, en Italie, après la mort tragique de leur père et de ses compagnons d’infortune.
Longtemps, la mère de Martina s’était tue à propos de cet épisode de sa vie. C’est le cambriolage de sa maison et le vol de la médaille d’honneur attribuée à son père qui a été l’élément déclencheur d’un intense besoin de témoigner.